Arrêt du tabac : les bienfaits insoupçonnés

Première cause de décès évitables en France, le tabac entraîne la mort de 73 000 personnes chaque année. Et parce que chaque fumeur est unique, il existe de nombreuses méthodes de sevrage pour que chacun puisse parvenir à écraser sa dernière cigarette. Pour cela, les fumeurs peuvent envisager le sevrage grâce aux substituts nicotiniques – les patchs, les comprimés, les chewing-gums ou encore les gommes par exemple – à l’inhalateur ou encore prendre des médicaments. Il est également possible de recourir à la cigarette électronique en optant pour l’un des nombreux e-liquides existants en réduisant progressivement la teneur en nicotine. La cigarette électronique étant alors un bon dérivatif tant la gamme d’E-liquides est importante. En parallèle, les fumeurs peuvent aussi vaincre leurs dépendances physique, psychique et/ou comportementale en pratiquant une activité sportive régulière, en recourant à traitement non médicamenteux – acupuncture, aromathérapie, hypnose, yoga entre autres – ou encore en optant pour une alimentation équilibrée, riche et variée. Le tout étant de trouver la ou les alternative(s) d’aide au sevrage tabagique tout en se faisant accompagner par un médecin. Et, si l’on dit que l’arrêt du tabac est bon pour la santé, il existe bien d’autres raisons auxquelles on ne pense jamais pour « dire stop ». Gros plan sur les raisons d’arrêter de fumer. 

Les bénéfices de l’arrêt du tabac

On a pour habitude de dire que le fait d’arrêter de fumer réduit les risques de développer certains cancers – œsophage, estomac, pancréas, vessie, rein, côlon et utérus notamment – maladies cardiovasculaires dont les AVC, affections pulmonaires, complications de grossesse, ostéoporose, impuissance notamment. Mais, la liste des risques qui se réduisent et des bénéfices ne s’arrête pas là. Il existe d’autres raisons pour arrêter qui sont moins connues. 

Préserver sa beauté

Rien de tel que l’arrêt du tabac pour être beau/belle. Et pour cause, le tabac enlaidit. Le tabac accélère le vieillissement naturel : les doigts et les ongles ont tendance à jaunir, les ongles sont cassants, les dents se tâchent, les cheveux sont secs et cassants, la peau est terne, pâle, grise et déshydratée, les rides apparaissent précocement et se creusent, les boutons apparaissent. En arrêtant le tabac, les ravages de la cigarette se dissipent rapidement, et ce, dès la première semaine seulement. Et si l’on arbore un meilleur teint, l’arrêt du tabac entraîne également une réduction des maladies cutanées à l’image du psoriasis par exemple et stoppe la perte massive des cheveux. 

Améliorer son hygiène bucco-dentaire

Si la bouche était une mer, le tabac équivaudrait à une marée noire. C’est dire les ravages du tabac dans la bouche ! En arrêtant la cigarette, cela solutionne de nombreux problèmes bucco-dentaires. Outre la mauvaise haleine et le jaunissement de l’émail, les caries, les saignements, les maladies de gencives, les problèmes de cicatrisation, le déchaussement, la perte de dents et le rejet des implants dentaires redeviennent ceux d’un non-fumeur. La raison la plus importante et non des moindres, n’en reste pas moins la diminution du risque du cancer de la bouche et du pharynx, qui touche presque exclusivement les fumeurs.

Dormir du sommeil du juste

Malheureusement, « tabac » et « sommeil » ne font pas bon ménage. Le tabagisme favorise entraîne des difficultés d’endormissement, de maintien du sommeil, les ronflements et l’apnée obstructive du sommeil notamment. Rien de tel donc que l’arrêt du tabac en marge de l’adoption de bons gestes pour retrouver le sommeil. En marge, cela permet aussi de réduire les conséquences d’un manque de repos comme le : stress, l’irritabilité, la négativité, la baisse de concentration, l’affaiblissement du système immunitaire notamment. 

Retrouver ses sens

Même si cela n’est pas palpable, le fait de fumer altère le goût, mais aussi l’odorat. Seulement deux jours après l’arrêt, les papilles gustatives et les capteurs sensoriels redeviennent fonctionnels. Rien de tel donc que l’arrêt du tabac pour mieux sentir et mieux savourer les mets. En marge, cela permet aussi de percevoir mieux les odeurs et d’avoir le véritable goût des aliments. Il convient néanmoins de faire attention à ce que les mauvaises habitudes ne s’installent pas : en arrêtant de fumer, pour compenser le manque, la tendance est de manger davantage salé et sucré.

Sentir bon

Les bénéfices des journées sans tabac se ressentent également dans le dressing et dans l’environnement. Les vêtements, les rideaux, les housses de canapé, les intérieurs de voiture, du sol au plafond, de la cuisine au garage, l’odeur de tabac n’imprègne plus l’air ambiant et les objets. Avec l’arrêt définitif du tabac, les odeurs ne se fixent plus. De quoi réduire les lessives, l’achat de produits anti-odeur en l’occurrence. Bref, un gain d’argent et de temps en limitant l’entretien de toute la maisonnée. L’occasion de sentir bon tout simplement. 

Être écolo

Si les effets du tabagisme concernent essentiellement la santé, ses impacts vont bien au-delà. Outre le fait de réduire le pouvoir d’achat, de coûter cher à la sécurité sociale, le tabac porte atteinte à l’environnement. En 1998, 954 millions de kilogrammes de mégots se sont retrouvés dans les rues, les cours d’eau, les espaces verts notamment. Premier déchet le plus invasif devant le chewing-gum, le mégot est nuisible. Et pour cause, il contribue de par sa composition au phénomène du réchauffement climatique – la fumée d’une cigarette est aussi polluante que 10 voitures diesel tournant au ralenti pendant 30 minutes – il consomme de nombreuses matières premières pour sa fabrication et est une cause de la déforestation massive. Aujourd’hui, les plantations de tabac représentent plus de 40 000 kilomètres carrés de surface cultivable. À titre de comparaison, la ville de Paris fait un peu plus de 100 kilomètres carrés ! De plus, un mégot de cigarette jeté dans la nature y est encore pendant 12 ans et est susceptible, à lui seul, de polluer 500 litres d’eau potable. Alors que les amandes d’abricots ont un arrière-goût de cyanure, le mégot de cigarette en se dégradant dans la terre diffuse au passage du plomb, du styrène, du mercure, de l’acétone, de l’arsenic parmi les 2 500 composants chimiques qui le compose. Bref, arrêter de fumer c’est éviter de se mettre à l’amende. En effet, de nombreuses villes françaises verbalisent le jet de mégot, même involontaire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*